Utilisation de QGIS au lycée: Les espaces verts urbains dans la ville côtière de Rada Tilly, Province de Chubut, Argentine

Introduction

Dans notre région de Patagonie en Argentine, nous avons assez peu de notions de SIG lors du programme de Lycée dans la construction de la connaissance géographique comme moyen de gérer les problème territoriaux et environnementaux. Le cas des espaces verts urbain de la ville cotière de Rada Tilly, analysés par QGIS tend à montrer qu’une méthodologie académique a eu des conséquences importantes sur le raisonnement géographique des lycéens de la classe de niveau 12 de l’école Abraham Lincoln.

Nous avons commencé par l’observation (l’inventaire), à numériser les blocs cadastraux et les espaces verts (la canopée) en utilisant les images satellite de Google Earth. En tant qu’espace conceptuel, nous avons fait cours sur la représentation cartographique, la lecture et l’interprétation d’images satellites et plus spécialement, l’analyse spatiale (en m:sup: 2), en contraste avec la situation des espaces verts urbains en fonction du nombre d’habitants, avec des valeurs issues de la World Health Organisation (WHO) (minimum de 9 m2 d’espace vert par personne en zone urbaine).

Au sujet du projet

L’objectif principal de ce projet était d’étudier avec des élèves de terminale (12th grade) l’implémentation d’un outil SIG pour optimiser et améliorer la gestion de l’information géographique et fournir un appui au processus de prise de décision.

Objectifs spécifiques :

  • Appropriation par les élèves des problèmes locaux (le ratio de 9 m2 par habitant d’espace vert proposé par la WHO comparé aux valeurs de Rada Tilly) d’un point de vue géographique à travers les outils SIG.
  • Utilisation du SIG comme outil technique de validation d’hypothèses socio-spatiales.
  • Vérification de la faisabilité de la saisie, le traitement, le stockage, l’analyse et la mise à jour de données en utilisant le logiciel libre QGIS.

Méthodologie :

Pour réaliser le projet, nous avons suivi la méthodologie ci-après :

  • Enseignements pratiques et théoriques; essentiellement sur l’utilisation de QGIS et des bénéfices des espaces verts urbains ainsi que leurs implications territoriales
  • Modélisation cartographique, définition de couches vectorielles, développement de bases de données SIG
  • Travail de terrain ( enregistrements de localisations d’arbres par GPS)
  • Numérisation des parcelles cadastrales urbaines et des zones forestières en utilisant des images Google Earth (GeoEye). Afin de calculer le nombre d’habitants par parcelle cadastrale, nous avons assigné une valeur de 4 habitants par parcelle.
  • Présentation des résultats à travers des cartes thématiques
Attribute table of “blocks” vector layer

Table d’attributs de la couche vectorielle de parcelles

Conclusion

Sur la base d’une projection moyenne de 4 habitants par parcelle cadastrale, nous avons estimé que la population urbaine de Rada Tilly courant 2010 avoisinerait 9600 habitants. Ces personnes résident dans 209 îlots couvrant 157,6 hectares. La densité moyenne de population serait alors de 61 habitants par hectare.

Le total des espaces verts inventoriés est de 150 736m2 (15 ha). Raison pour laquelle nous pouvons considérer que la surface d’espaces verts par habitant dans l’aire d’étude est de 15,7 m2 (la valeur suggérée par l’OMS est de 9 m2 d’espaces verts par habitant). Cette valeur dénote donc d’une situation vraiment favorable en ce qui concerne les avantages environnementaux qu’offrent les arbres aux habitants dans cette ville côtière maritime.

Attribute table of “blocks” vector layer

Distribution des espaces verts urbains et densité de population par îlots à Rada Tilly, ville côtière de la province de Chubut en Argentine.

Bien que le projet soit un exercice académique de lycée, nous avons grandement apprécié les résultats de l’inventaire obtenus par QGIS. Les élèves ont travaillé de manière rigoureuse et avec sérieux en montrant l’appropriation de la thématique (les espaces vers urbains) et également de l’outil (QGIS). Ce fut une expérience enrichissante pour eux ainsi que pour les enseignants.

Après l’expérimentation, nous pouvons assurer que le logiciel libre QGIS est une alternative fortement recommendable pour la capture, le traitement, le stockage, l’édition et l’analyse des données spatiales. Cette bonne impression sur le logiciel nous permettra de le proposer lors de nos cours à l’université en remplacement des logiciels propriétaires que nous avions l’habitude d’utiliser.

Auteurs

Cet article est une contribution datant de Septembre 2011 de Mauro Novara et Alberto Vázquez d’Argentine.

Attribute table of “blocks” vector layer

Mauro Novara

Mauro Novara est professeur des Systèmes d’Information Territoriale. Il est également maître de conférence et chercheur à l’Université Nationale de Patagonie San Juan Bosco, Faculté des sciences humaines et sociales, Département de géographique. Comodoro Rivadavia, province de Chubut, Argentine.

Attribute table of “blocks” vector layer

Alberto Vázquez

Le professeur Alberto Vázquez est un assistant d’enseignement titulaire des Systèmes d’Information Territoriale. Université Nationale de Patagonie San Juan Bosco, Faculté des sciences humaines et sociales, Département de géographique. Comodoro Rivadavia, province de Chubut, Argentine.