QGIS et GRASS dans la recherche biogéographique en Péninsule Ibérique

J’ai commencé à utiliser les SIG dans mes travaux de biogéographie il y a environ 10 ans. Lors de mon doctorat, mon travail de thèse et deux autres emplois dans la recherche, j’ai utilisé des logiciels propriétaires qui était disponibles et utilisés sur mon lieu de travail - principalement CartaLinx, Idrisi, ArcView et ArcGIS. Mais je trouvais pénible les problèmes de renouvellement de licence, ainsi que le fait que je ne pouvais pas utiliser de logiciel hors de mon lieu de travail sans devoir acquérir ma propre licence.

Distribution of Spanish algyroides

Répartition des algyroides espagnols (Algyroides marchi) à trois échelles spatiales et depuis deux sources de données différentes.

Il m’est venu à l’esprit que l’utilisation de logiciels libres m’éviterait ces problèmes. Cependant, les capacités d’analyse des logiciels libres paraissaient peut-être un peu moins puissantes, et même après avoir entendu parler du potentiel de GRASS, je restais assez hésitante à cause de la difficulté d’apprentissage de ce logiciel. J’étais également un peu ennuyée par le fait de devoir faire la migration de toutes les cartes et analyses que j’avais faites jusqu’à présent. Au début de mon post-doc en 2008, j’ai finalement choisi de saisir l’opportunité de faire une formation sur QGIS et GRASS. Cela a été probablement la meilleure décision de ma vie professionnelle ! J’ai découvert que QGIS apportait une interface très intuitive au logiciel GRASS, qu’ils étaient parfaitement complémentaires, et qu’ils proposaient toutes les capacités analytiques dont j’avais besoin.

J’ai commencé à utiliser ces deux programmes immédiatement après la formation. J’ai non seulement commencé à travailler sur QGIS/GRASS [e.g. 1, 2], mais j’ai également relancé des analyses que j’avais déjà faites avec des logiciels commerciaux. Par exemple, j’avais construit des modèles de distribution de loutres [3] et de desman [4] dans la péninsule ibérique, Après être passée sur QGIS-GRASS, j’ai analysé comment ces modèles se comportaient, lorsqu’ils étaient réalisés à une meilleure résolution [5]. Un autre travail sur les relations biogéographiques entre le lynx Ibérique et le lapin [6] a donné lieu à un suivi après que j’aie basculé sous QGIS-GRASS [7]. Non seulement je n’ai pas eu de problème avec la migration des données et des résultats précédents, mais j’ai aussi trouvé beaucoup plus facile de faire ce que je souhaitais avec le nouveau logiciel, et j’ai en plus été capable de faire des analyses supplémentaires que je ne pouvais pas réaliser avec les programmes que j’utilisais précédemment.

Environmental suitability for the Pyrenean desman

Suivi environnemental pour le Desman des Pyrénnées (Galemys pyrenaicus) selon sa présence, absence ou présence “aléatoire”, dans la catalogne du Nord (Spain).

Conclusion

Tout compte fait, passer à QGIS/GRASS ne m’a apporté que des avantages. Je peux maintenant travailler librement au bureau, à la maison, pendant mes déplacements ainsi que dans d’autres institutions, sans devoir m’inquiéter des questions de licences de logiciel. Le logiciel libre couvre l’ensemble de mes besoins de recherche et m’offre la liberté que j’ai toujours désirée.

References

  • [1] Barbosa A.M., Fontaneto D., Marini L. & Pautasso M. (2010) Is the human population a large-scale indicator of the species richness of ground beetles? Animal Conservation, early view. doi: 10.1111/j.1469-1795.2010.00363.x.
  • [2] Fontaneto D., Barbosa A.M., Pautasso M. & Segers H. (submitted) The ‘rotiferologist’ effect and the drivers of species richness in rotifers.
  • [3] Barbosa, A.M., R. Real, J. Olivero & J.M. Vargas, 2003. Otter (Lutra lutra) distribution modeling at two resolution scales suited to conservation planning in the Iberian Peninsula. Biological Conservation, 114:377-387.
  • [4] Barbosa A.M., Real R. & Vargas J.M. (2009) Transferability of environmental favourability models in geographic space: the case of the Iberian desman (Galemys pyrenaicus) in Portugal and Spain. Ecological Modelling 220: 747-754. doi: 10.1016/j.ecolmodel.2008.12.004
  • [5] Barbosa A.M., Real R. & Vargas J.M. (2010) Use of coarse-resolution models of species’ distributions to guide local conservation inferences. Conservation Biology, early vew. doi: 10.1111/j.1523-1739.2010.01517.x
  • [6] Real R., A. M. Barbosa, A. Rodríguez, F. J. García, J. M. Vargas, L. J. Palomo & M. Delibes, 2008. Conservation biogeography of ecologically-interacting species: the case of the Iberian lynx and the European rabbit. Diversity and Distributions, 15: 390–400. doi: 10.1111/j.1472-4642.2008.00546.x.
  • [7] Barbosa, A.M. & Real, R. (in press) Favourable areas for expansion and reintroduction of Iberian lynx accounting for distribution trends and genetic diversity of the European rabbit. Wildlife Biology in Practice.”

Auteur

A. Márcia Barbosa

A Márcia Barbosa

Cet article de Juillet 2010 est une œuvre de A. Márcia Barbosa, chercheur post-doctorat à l’Imperial College London (Royaume-Uni) et à l’Université d’Evora (Portugal).